Donner de l’autonomie à vos collaborateurs augmente leur créativité par 5, leur satisfaction par 9 et divise votre turnover par 3. 

Pourquoi donner de l'autonomie à mes collaborateurs ?

Pourquoi devrais-je donner de l’autonomie à mes collaborateurs ? 

C’est une bonne question, regardons ce que nous dit l’étude « the how report LRN 2016 », l’autonomie augmenter l’innovation par 5, la satisfaction par 9 et divise e turnover par 3. 

L’autonomie dans le monde du travail, signifie que chaque personne à la capacité de se gouverner seul avec ses propres règles. Mais pas de panique ! Dans la pratique, lorsque vous déléguez une tâche, vous vous contentez d’expliquer le résultat que vous attendez de chacun et non pas les moyens pour atteindre ce résultat.

Ce mode de management est principalement présent dans les nouvelles entreprises, les startups, ou encore les entreprises dites libérées, avec une vision totalement différente du monde du travail. Chacun des collaborateurs peut avoir un contact avec l’équipe dirigeante, chacun possède la même vision et travaillent ensemble pour atteindre les objectifs. 

Les objectifs doivent être orientés résultats

Vos collaborateurs sont des adultes sérieux avec de vraies compétences, sinon pourquoi les avoir recrutés ? Alors si c’est le cas, pourquoi tenez-vous absolument à leur dire comment ils doivent travailler pour atteindre leurs objectifs ? 

Laissez place à l’initiative et la créativité de vos collaborateurs pour mener à bien vos objectifs et pensez résultats, vous serez surpris de la différence. 

Concrètement cela peut vouloir dire plusieurs choses, la flexibilité dans les horaires, le choix de son lieu de travail et de sa façon de s’organiser. Vous avez besoin de garder un œil sur l’organisation du travail ? Vous pouvez avancer étape par étape, commencez par exemple en les impliquant pour décider des procédures, et en leur proposant de développer de nouvelles compétences. Quoi qu’il en soit donnez la parole à vos collaborateurs. 

Et ceux qui profitent de cette liberté pour en faire le moins possible ?

Donner de l’autonomie à vos équipes ne vous transforme pas en manager sans but, bien au contraire. Votre rôle est encore plus déterminant dans une entreprise participative. Plutôt que de surveiller le moindre fait et gestes et de prendre du temps pour réfléchir à comment une mission doit être menée précisément, vous donnez votre confiance à vos collaborateurs. 

Cependant, comme dit le dicton, la confiance n’exclut pas le contrôle. Il est primordial de faire le point régulièrement avec vos collaborateurs pour savoir où ils en sont, s’ils rencontrent des difficultés ou tout simplement s’ils ont besoins de conseils pour atteindre le résultat fixé.

Sachez cependant, que les entreprises qui se sont libérées de tout commandement managériale et qui ont donc totalement responsabilisé leurs collaborateurs, ont vu une autorégulation s’instaurer naturellement entre les membres de l’équipe. 

Il existe aussi des risques à l’autonomie pour vos collaborateurs ! 

Donner de l’autonomie, ne signifie pas forcément libérer votre entreprise. Comme nous l’avons vu tout à l’heure, si vous voulez développer une méthode de travail autonome, il faut y aller petit à petit en donnant la parole à ces dernières pour fixer les règles de cette autonomie. 

Être autonome ne signifie pas être indépendant ou devoir se débrouiller seule en ignorant tous les conseils qu’on peut lui apporter, cependant, l’autonomie apporte des responsabilités, qui peuvent être déstabilisantes au début. 

Cela peut amener au stress, la personne se croit seule du jour au lendemain et se sent perdue. D’autre part, une surcharge de travail qui proviendrait de l’absence de cadre précis et d’une flexibilité organisationnelle soudaine (horaires de travail, lieu de travail…) pourrait être ressentie.  En clair, certaines personnes ont peur de la responsabilité et peuvent se noyer dans un verre d’eau. 

On repart sur l’importance de votre rôle de manager dans cette méthode, vous devez être là pour eux, pour les conseiller, les rassurer, les encourager. 

Un collaborateur qui devient autonome découvre un monde nouveau, il peut prendre des décisions, faire des choix concernant sa méthode et son organisation de travail avec les risques qui vont avec. Le droit à l’erreur est très important. Ne sanctionnez en aucun cas une erreur involontaire et valorisez la prise d’initiative qui se cache derrière cette erreur. 

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur Linkdin

Laissez un commentaire