C’est quoi les risques psycho-sociaux ? Vous avez de la chance, on vous explique tout !

Comment prévenir les risques psycho-sociaux ?

Si vous voulez être en accord avec la loi, c’est une question à laquelle vous devez savoir répondre. Voici donc un article vous offrant un tour d’horizon concernant les risques psycho-sociaux. 

Pour commencer, les risques psycho-sociaux ou RPS, c’est quoi ? 

Tout d’abord les RPS sont des risques professionnels en ce sens qu’ils dépendent directement de l’organisation du travail. L’exposition à ces risques influence la santé physique et mentale des salariés allant parfois jusqu’à l’épuisement professionnel et affectant la performance de l’entreprise. 

Pour évoluer dans leur environnement de travail et atteindre leurs objectifs, les hommes font appel à des ressources individuelles et collectives. Certaines fois, l’organisation du travail ou le climat social épuisent leurs ressources, on parle alors de facteur de risque psychosocial. 

Et c’est quoi, ces facteurs de risque psychosocial ? 

L’INRS distingue 6 facteurs de risques psychosocial différents : 

  • L’intensité et temps de travail 
  • Les exigences émotionnelles
  • Le manque d’autonomie
  • Les rapports sociaux au travail dégradés
  • Les conflits de valeurs
  • L’insécurité de la situation de travail

Ces facteurs représentent un risque psychosocial et affecte la santé au travail, en particulier lorsqu’ils sont nombreux, subis et qu’ils durent dans le temps. Le fait par exemple d’être exposé à une surcharge de travail couplée à un manque d’autonomie ou un manque de reconnaissance représente un risque professionnel accru. 

Que dit le code du travail ? 

L’article L4121-1 du code du travail oblige les entreprises à assurer la santé et la sécurité de leurs salariés, et ce, qu’il s’agisse d’intégrité physique ou de santé mentale. Ainsi la gestion des risques psychosociaux devient un véritable enjeu pour toutes les entreprises, elles sont invitées à mettre en place une analyse des risques psychosociaux ainsi qu’une démarche de prévention des risques à travers notamment la mise en place d’un document unique. 

Pour cela, l’article L4121-2 du code du travail, fournit aux employeurs des principes généraux de prévention pour établir un plan de prévention permettant de mettre en place les mesures nécessaires pour combattre les risques professionnels à la source (charge de travail, conception des postes de travail…).

D’autre part, 2 accords nationaux interprofessionnels viennent renforcer les obligations de l’employeur pour agir sur les risques psycho-sociaux précisément. Le premier concerne le stress au travail. Les employeurs doivent identifier les facteurs de stress professionnel au sein de leur entreprise et doivent entreprendre toutes formes de prévention pour réduire voire éliminer tout risques de stress. 

Le second accord national interprofessionnel concerne les rapports sociaux au travail. Il cible tout particulièrement le harcèlement moral et sexuel ou toute autre forme de violence au travail. En effet, le climat social et les relations de travail représentent un facteur d’apparition de troubles psychosociaux et de souffrance au travail majeur. Les entreprises doivent afficher clairement un politique de tolérance 0 face aux agissements de harcèlement au travail et de violence au travail. 

C’est quoi prévenir les risques psychosociaux ? 

Les entreprises étant invitées à mettre en place une politique de prévention efficace, il est intéressant de comprendre ce qu’est « prévenir ». On distingue 3 niveaux de prévention : 

La prévention primaire : les actions de prévention primaires permettent d’éviter l’exposition au risque. Elles combattent le risque à la source pour améliorer sur le long terme les conditions de travail, l’environnement de travail et l’organisation du travail. Pour atteindre ce niveau de prévention il faut adapter les situations de travail à l’homme. 

La prévention secondaire : les actions de prévention secondaire sont complémentaires à la prévention primaire. Elles protègent les salariés, en limitant les conséquences sur la santé physique et mentale des salariés exposés aux situations de travail à risque que les actions de prévention primaire n’ont pu éliminer. Elles renforcent notamment la capacité des individus à faire face aux risques psychosociaux, en outre elles leur permettent de développer des ressources individuelles. 

La prévention tertiaire : Les actions de prévention tertiaire sont également importantes. Il est évident que les actions de prévention primaire sont privilégiées puisqu’elles suppriment les facteurs de risques psychosociaux, il est très important d’agir au niveau secondaire et tertiaire. Au niveau tertiaire, il s’agit de prendre en charge les salariés en situation de souffrance au travail afin de limiter les conséquences sur leur santé. C’est donc un devoir de réparation suite à une exposition aux risques professionnels. 

La loi ne suffit pas à vous convaincre ? Terminons ce tour d’horizon par les conséquences des risques psychosociaux. 

Le risque psycho-social est souvent imperceptible à moins d’une analyse de la charge psychosociale tel qu’un psychologue du travail. La partie visible de l’iceberg ce sont les troubles psychosociaux causés par l’exposition aux risques sur le long terme.  On observe des effets sur la santé individuelle, mais également sur le collectif et sur la performance de l’entreprise. 

  • Au niveau de la santé individuelle on peut observer des troubles physiques causés par la pénibilité et le stress chronique par exemple, tels que troubles musculo-squelettiques, digestifs, cardiaques, etc. On observe également des troubles émotionnels comme des changements d’humeur, des troubles comportementaux comme de l’agressivité et de l’angoisse. Enfin on observe des troubles intellectuels et une baisse de motivation générale. 
  • Au niveau du collectif les relations de travail ont tendance à se dégrader avec l’émergence de conflits et de violences au travail ou harcèlement. On constate souvent une absence de coopération et une mauvaise communication au détriment de la performance de l’entreprise.
  • Au niveau de la performance de l’entreprise, on observe souvent une dégradation de la satisfaction client, les délais sont souvent dépassés avec en cause une mauvaise gestion du temps, et une mauvaise organisation de l’activité. Enfin, plus il y a exposition aux risques psychosociaux, plus on observe d’erreurs humaines et donc de défaut de qualité du travail. Sans oublier le coût qu’engendrent les maladies professionnelles ou encore le turnover souvent corrélés aux risques psychosociaux.

Vous êtes enfin convaincus ? Mais vous ne savez pas comment vous y prendre. Allez vite découvrir notre démo elearning dans laquelle vous découvrirez les clés  pour faire des RPS et de vos hommes, vos alliés. Pensez également à nous contacter, nous pourrons analyser ensemble votre contexte et cibler au mieux vos besoins.