Skip to content

Comment choisir le bon consultant ?

Vous souhaitez engager un consultant prochainement, mais vous ne savez quels sont les éléments importants à prendre en compte pour faire votre choix ? Vous êtes sur le bon article. 

Il est toujours délicat de faire appel à un cabinet de conseil et d’autant plus quand il s’agit de conseil en management. Cependant, il existe des moyens efficaces pour analyser le sérieux et le professionnalisme du consultant en face de vous. 

Pourquoi faire appel à un consultant ? 

Je pense que la raison fondamentale qu’un consultant externe vous apporte, c’est le regard neuf qu’il va porter sur votre entreprise, son organisation et vos collaborateurs. 

Trop souvent lorsqu’on veut mener un projet en rapport avec le management il est très délicat de le faire en interne. En effet il existe de nombreux biais limitants qui peuvent faire échouer une conduite du changement, comme par exemple « Je sais qu’untel est comme ça » ou « je suis sûr qu’il est ainsi ». Votre consultant n’aura aucun de ses biais, ce qui lui permettra d’être le plus objectif possible. 

Ensuite viens également la question de la confidentialité et de l’anonymat. Avant de se lancer dans un projet de transformation managériale, il faut déjà réaliser des enquêtes (questionnaires, entretiens, observation…) auprès de vos équipes. Si ces derniers sont réalisés en interne, il y a de grandes chances que les réponses soient enjolivées voire carrément à l’opposé de la vérité. 

Imaginez que vous questionnez vos équipes sur la qualité du management ou encore les conditions de travail et qu’ils savent que ces questionnaires seront lus par la direction. Il sera extrêmement difficile pour certaines personnes d’être honnête. Vous aurez donc des enquêtes biaisées qui seront inexploitables. 

Le consultant doit-il être expert de votre secteur d’activité ? 

Très souvent les gens pensent qu’un consultant expert de leur secteur d’activité est une bonne chose. Je ne suis pas d’accord avec ce raisonnement. On en revient toujours à ce fameux regard neuf et de rester confiner dans un seul secteur d’activité durant des années et des années peut jouer sur ce regard et sur l’objectivité durant la mission du consultant. 

On peut finir par dire des choses comme,  « je connais le problème, j’ai la solution toute faite » alors que chaque entreprise est différente. Vous êtes l’expert de votre secteur d’activité, c’est vous qui saurez composer la meilleure partition avec les conseils de votre consultant. 

C’est par exemple le cas d’anciens cadres qui ont fait carrière dans un secteur d’activité et qui se lance dans le métier de conseil en pensant que leur seule expérience suffit à être un bon consultant. 

En plus d’être consultant, peut-il être coach et formateur ?

Coach est métier à part entière, comme formateur et évidemment comme consultant. J’ai donc du mal à croire qu’on puisse porter les trois casquettes à la fois sans problème. 

De mon point de vue, un consultant, lors de son rapport final, peut proposer comme solutions du coaching pour telle raison ou encore des formations, mais se proposer pour tout faire, cela me semble très compliqué. 

Le guide complet pour développer l'engagement de vos collaborateurs.

Le manque d’engagement coûte 14 580 euros par an et par collaborateur. Pourtant il existe de nombreux leviers pour engager efficacement et durablement vos équipes. 

couverture guide

Les éléments à vérifier avant de faire votre choix 

La différence primordiale entre le bon et le mauvais consultant, c’est sa méthode d’ingénierie d’intervention. Vous devez absolument vérifier que toute son intervention est cadrée, qu’il est capable lors du rendez-vous de vous montrer tous ses documents qui lui servent durant sa mission. 

Demandez lui également de détailler ses diverses tâches durant sa mission, le temps qu’il lui faudra en moyenne, etc. Dans les missions de conseil, il n’y a pas de place pour le à peu-près et le hasard. Le consultant doit avoir un schéma précis de son intervention dans votre entreprise.

Soyez attentif à ses questions, il doit énormément se renseigner sur votre organisation, votre entreprise, vos attentes, c’est la base de tout. 

Attention également aux solutions toutes faites ! Par exemple, comment est-il possible d’avoir une offre globale alors qu’il n’y a même pas eu d’enquête auprès de vos équipes (en particulier lorsqu’il s’agir de management) ?  

Un consultant se doit d’être humain

Lorsque vous vous lancez dans un projet de transformation managériale, l’humain est bien évidemment au coeur du projet et tout ce que ça peut comporter comme résistance aux changements, de peur, etc. 

C’est pourquoi votre consultant se doit d’être humain avec une vraie qualité relationnelle lui permettant de travailler avec vos équipes et lever les freins aux changements.

Alors pour mettre toutes les chances de votre côté pour la réussite de votre projet, il vaut mieux éviter un robot qui va se contenter de mettre des chiffres dans un tableau !

Et ensuite ? 

Rencontrez plusieurs personnes, du consultant indépendant aux grands cabinets de conseil, soyez attentif à leurs fonctionnement, leur ingénierie d’intervention et surtout à l’aspect humain qui doit prévaloir dans le métier du conseil ! 

À propos des grands cabinets de conseil d’ailleurs, demandez bien à recevoir la personne qui va effectuer la mission pour voir si le contact passe bien. Très souvent la personne que vous avez en face de vous durant le rendez-vous ne sera pas la personne qui effectuera la mission, alors prudence. 

Si vous avez d’autres questions vous pouvez nous contacter et on se fera un plaisir d’y répondre. 

Vous souhaitez en savoir plus sur la démarche en faveur de l’engagement de vos collaborateurs ?

Ces articles devraient également vous intéresser