Découvrez les 7 compétences clés qui vous aideront tout au long de votre carrière de manager !

Comment améliorer le bien-être au travail ?

Faites de vos collaborateurs votre valeur ajoutée !

Améliorer le bien être au travail des collaborateurs est de plus en plus au cœur des préoccupations RH. C’est une bonne nouvelle ! Et du coup, la loi de l’offre et la demande fait bon ménage puisque les solutions en faveur du bien-être au travail se démultiplient. Et concrètement : Comment améliorer le bien-être au travail ? 

Pour améliorer le bien-être au travail on trouve généralement trois grandes écoles : celles qui traitent de l’individu, celles qui traitent de l’organisation du travail et celles qui traitent de l’environnement. Selon moi, ces 3 écoles sont loin d’être concurrentes et lorsqu’elles sont intelligemment mises en œuvre, elles sont complémentaires. Je vous propose donc de faire le point pour les mettre au service de l’amélioration du bien-être.  

Améliorer le bien-être au travail : l’école de l’environnement physique de travail (version utile)

Dans ces actions, pour le coup, on trouve de tout et de rien, alors prenez du temps pour choisir les bons partenaires QVT. 

Les métiers à risques et à pénibilité (BTP, industrie, aéronautique…) font depuis longtemps appel à l’ergonomie pour améliorer les conditions de travail. Ceci dit, les métiers plus sédentaires comme en bureau ou avec des tâches répétitives (hôtesse de caisse) ont tout intérêt à s’attarder également sur la question du bien-être physique de leurs collaborateurs. 

L’idée est de limiter voire supprimer les risques physiques et les conséquences sur la santé des collaborateurs comme par exemple les troubles musculo-squelettiques en agissant sur l’environnement de travail et les outils de travail pour les adapter à l’homme. 

Améliorer le bien-être au travail : l’école de l’environnement physique de travail (version paillette)

Attention à ne pas tomber dans le panneau des actions strass et paillettes. Parmi ces actions on retrouve : un baby-foot en salle de repos, une salle de sieste, une salle de sport, une corbeille de fruit, une décoration moderne, etc.

Des actions plébiscitées oui, et qui sont attirantes oui, mais elles s’éloignent du sens originel du bien-être au travail, qui doit rester centré sur l’objet même de l’entreprise : un travail performant. 

Manger sain, faire du sport, bien dormir, savoir s’aérer l’esprit en jouant, participent à la capacité cognitive d’être performant au travail. C’est prouvé et reprouvé mais ces actions relèvent bien plus de la vie personnelle que professionnelle. 

La responsabilité de l’employeur se pose selon moi dans l’équilibre vie privée vie professionnelle pour que les collaborateurs puissent bien dormir, manger sain, jouer et pratiquer une activité physique. Et non pas dans l’intégration de ces pratiques à l’activité professionnelle. 

comment-améliorer-le-bien-être-au-travail-?
Le bien-être au travail passe en grande partie par un équilibre entre vie professionnelle et personnelle !

Améliorer le bien-être au travail : l’école de l’action au niveau individuel 

Dans l’école de l’action au niveau individuel, on cherche à améliorer le bien-être au travail en agissant sur le niveau de prévention secondaire. On accompagne les individus à faire face aux difficultés rencontrées dans l’activité de travail en développant leurs ressources personnelles. On peut parler de développement personnel, mais attention là encore dans le développement personnel on trouve de tout et de rien. 

A l’instar du très récent livre de Julia de Funès Le développement (im)personnel : le succès d’une imposture. Je vous invite à différencier ce qui fait l’objet d’une réelle validation scientifique et universitaire à ce qui fait l’objet du reste. On peut citer par exemple Moodwork, la solution digitale pour la qualité de vie au travail, qui s’appuie sur un comité scientifique composé notamment de docteurs en psychologie du travail. 

Améliorer le bien-être au travail : l’école de l’action au niveau organisationnel

La troisième grande école qui cherche à améliorer le bien-être au travail au niveau organisationnel se situe au niveau de prévention primaire. Ici, on analyse l’activité en interaction avec l’homme qui la réalise d’un point de vue social et cognitif. 

L’idée est de réorganiser l’activité de manière à réduire voire supprimer les facteurs de risques psychosociaux susceptibles de causer des troubles individuels, collectifs. Et par voie de conséquence des troubles sur la performance de l’entreprise. Dans ce cas, on développe non plus les ressources internes à l’individu, mais les ressources professionnelles et sociales pour justement, limiter l’épuisement des ressources internes. 

En conclusion, comment améliorer efficacement le bien-être au travail ? 

Le niveau de prévention des risques psychosociaux le plus efficace reste le niveau primaire puisqu’il cherche concrètement à supprimer le risque. Mais pour assurer un bon niveau de qualité de vie au travail et améliorer le bien-être des collaborateurs, il apparaît que miser sur la complémentarité des 3 écoles soit une démarche efficace puisque complète.  

Quoi qu’il en soit, restez toujours prudent dans le choix de vos partenaires QVT. Toutes les actions sont intéressantes, mais seules certaines relèvent de votre responsabilité d’employeur et/ou de managers. Rares sont celles qui agissent réellement sur le bien-être au travail à long terme.  

Et si vous commenciez par un diagnostic QVT ?  Contactez-nous !.

Livre-blanc-RPS

Développez la performance de votre entreprise en même temps que le bien-être de vos collaborateurs !

  • Découvrez l'écosystème des risques psycho-sociaux.
  • Apprenez à les identifiez et les prévenir
  • Développez votre performance bienveillante

Partagez cet article !

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur Linkdin

Laissez un commentaire